L’ami de la nature de l’an 2000

publié le 28 mars 2008

Texte adopté par le congrès de la fédération nationale réuni les 18/19 mai 1997 à Strasbourg.

L’Ami de la nature de l’an 2000 est un écocitoyen, bien ancré dans la cité, attaché aux valeurs républicaines, attentif à la notion de tolérance et de respect de l’autre, rejetant tout extrémisme.

C’est un défenseur de la nature et, à ce titre, dans sa vie quotidienne, comme dans ces déplacements, il évitera toute pollution, et cherchera à économiser l’énergie. Il s’impliquera, en toute indépendance d’idée, dans les actions menées pour essayer d’endiguer les effets néfastes d’une urbanisation outrancière, d’une implantation d’infrastructures démesurées, au détriment de l’environnement, de la création de centrales nucléaires liées aux besoins nés d’une croissance anarchique et aboutissant à la destruction des zones sensibles.

Dans le but de mettre en place les conditions d’un développement durable, tel qu’il a été notamment défini par le sommet de Rio, il prendra soin de s’informer auprès des organismes et personnes spécialisées et, à cet effet, participera si nécessaire, à des collectifs d’associations, allant même éventuellement jusqu’à des recours en justice.